mardi 18 janvier 2011

Question d'attitude

Être endetté est un état difficile. On pense qu'une fois qu'on est endetté, on ne peut plus s'en sortir. De plus, notre société nous démontre qu'être dans cet état est obligatoire si on veut vivre une bonne vie. Pourquoi se priver lorsqu'on peut avoir tout ce qu'on veut tout de suite et payer plus tard, n'est-pas?

Et bien moi j'ai choisi d'aller à l'encontre des standards de la société et d'éliminer mes dettes pour vivre une vie plus épanouie et de ne plus être dépendante de ma carte de crédit. Depuis le début de ma croisade j'ai fait beaucoup de progrès. 

Avant, si j'aurais reçu mon chèque de paye en retard, ça aurait été toute une catastrophe parce que je n'aurais pas su comment payer mes factures ni comment m'acheter de la nourriture! Rien qu'à y penser je remercie Dieu d'avoir été bon envers moi et de ne pas m'avoir fait vivre une telle situation.

J'ai reçu mon dernier chèque de paye le 6 janvier et je recevrais le prochain le 10 février et vous savez quoi ? Je n'ai pas peur. Je n'ai pas peur de manquer à mes obligations parce que j'ai appris à bien gérer mon argent. Grâce à ça, je n'aurai même pas à utiliser mon fond d'urgence ni à me priver parce que je connais désormais mes prioriétés et je suis préparé à faire face à la situation.

Lorsqu'on veut vraiment se sortir de la dette, on doit d'abord faire un travail sur notre attitude. Avant, je pouvais passer des nuits blanches à faire des calculs pour être certaine d'arriver jusqu'à ma prochaine paye. J'angoissais. Je pleurais dès qu'une facture que j'avais oublié arrivait parce que j'avais peur de ne pas pouvoir la payer.

Maintenant je sais à quel date exactement je dois payer mes comptes. L'argent ne me contrôle plus parce que lorsque je vois des spéciaux (même si c'est les spéciaux du siècle genre 95% de rabais), je passe mon tour parce que je sais que ce n'est plus une priorité. Je vois la lumière au bout du tunnel et je sais qu'un achat impulsif ne m'apportera pas le bonheur mais la tranquilité d'esprit oui.

Même lorsque je dépasse mon budget, je ne panique plus comme avant parce que je suis capable de me reprendre les semaines suivantes.

J'ai accepté le fait que je suis endetté mais que je peux m'en sortir moyennant quelques petits efforts de ma part. Je n'ai plus envie d'aller au resto chaque jour (lorsque j'allais à l'école à temps plein, je ne mangeais jamais à la maison). Je n'ai pas envie non plus d'avoir un plaisir immédiat si je dois payer les conséquences pendant des mois voir pendant des années. J'ai appris à détester les frais et je veux toujours en avoir pour mon argent.

Ça m'a pris du temps certes pour en arriver là, j'ai eu des rechutes en cours de route où je me suis endetté encore plus mais je suis revenue à la raison à chaque fois et au lieu de m'apitoyer sur mon sort, j'ai réduis mes dépenses à un point tel que je ne sais plus où couper. Malgré cela, je suis plus heureuse aujourd'hui en apportant mon lunch avec moi au travail et en faisant ma liste d'épicerie qu'il y a de cela 3 ans lorsque je mettais tout mes achats sur ma carte de crédit en me disant que c'était bon pour mon dossier de crédit.

Si vous venez de réaliser que vous êtes endetté, de peu importe le montant, sachez que vous n'etes pas seul, d'autres personnes réalisent enfin que dépendre d'une banque pour réaliser ses rêves est ridicule. Qu'utiliser des coupons même si c'est juste une fois par mois, fait une différence. Qu'économiser sur son café 0,30$ par jour peut vous faire prendre votre retraite plus tôt.

Tout est une question d'attitude, pensez positif lors de cette longue croisade. Pensez à votre avenir qui sera meilleur que votre passé.

2 commentaires:

  1. Quel beau billet Sara! Une belle réflexion, tu peux vraiment être fière et satisfaite du virage que tu as pris en matière de gestion de tes finances. Bonne année 2011 et longue vie à ton blog :-)

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour tes encouragements Mama Zen! :)

    RépondreSupprimer